Intelligence artificielle

L'intelligence artificielle va catalyser une révolution du travail à distance

L'intelligence artificielle va catalyser une révolution du travail à distance


Te futur du travail est éloigné ... à ce stade, cette affirmation pourrait facilement doubler en tant que cri de guerre proverbial des experts en fauteuil les plus prolifiques de la technologie. Il ne fait aucun doute que de nombreuses preuves étayent leurs affirmations. Au cours de la dernière décennie, la croissance des carrières au travail à distance a explosé au rythme de 91 pour cent, avec presque 5 millions d'Américains s'engager dans les affaires dans le confort de leurs canapés.

Même encore, de nombreux obstacles empêchent ce mode de vie de devenir la norme, les effectifs dispersés géographiquement étant confrontés à des défis apparemment insurmontables de fragmentation, d'isolement et de mauvaise communication. Mais n'ayez crainte, les employés de bureau - l'intelligence artificielle, la tendance technologique la plus en vogue de l'informatique moderne, offre un certain nombre de capacités qui pourraient bientôt servir d'infrastructure la plus critique dans la révolution du travail à distance.

Les équipes distantes ne se limitent plus aux limites rigides d'un bac à sable d'entreprise doté d'un pare-feu, elles ont désormais la possibilité d'adopter la dernière version du mois de la Silicon Valley, qu'il s'agisse d'un nouveau système CRM séduisant ou du prochain outil de collaboration «révolutionnaire». . À chaque vague de réinvention, les plates-formes en question assurent à leurs fidèles que la productivité grimpera grâce à un nouvel ensemble brillant de fonctions et de fonctionnalités. Malgré leurs affirmations, les gains marginaux d'efficacité et de performance sont rapidement gâchés alors que les travailleurs luttent pour garder la tête hors de l'eau dans une mer de systèmes et de processus fragmentés.

Les dirigeants ont tendance à rejeter la faute sur un manque de motivation généralisé, exigeant que les travailleurs soient «agiles» face aux nouveaux défis. Malheureusement, même les employés les plus capables ne parviennent à mettre à l'échelle ces immenses courbes d'apprentissage qu'en sacrifiant un travail significatif, en faisant progresser le protocole sur la productivité.

Bien que les humains soient limités dans leur capacité d'adaptation, l'IA ne l'est pas - l'apprentissage automatique a permis des niveaux sans précédent d'automatisation des processus, rendant obsolète la corvée du travail de routine. Bientôt, cette capacité permettra aux travailleurs distants de rester agnostiques aux protocoles acheminant leurs données, obscurcissant ces réseaux sous le capot d'interfaces intuitives et interactives.

De la même manière, les utilisateurs de smartphones n'ont pas à se soucier de la source des mises à jour météorologiques ou des informations de localisation d'un assistant vocal, les professionnels natifs du numérique pourront largement ignorer les applications servant à l'intelligence d'affaires, leur permettant de rediriger leur énergie vers collaboration et créativité.

Après un demi-siècle de raffinement expérimental, les chatbots ont mûri bien au-delà de leurs racines dans de simples réponses scénarisées. La majorité des entreprises modernes ont déjà testé des rendus de preuve de concept d'agents intelligents, et les avantages sont évidents. Si clair, en fait, que le directeur d'IBM Watson, Rob Thomas, prévoit qu'au cours des 3 prochaines années, 100 pourcent des entreprises auront intégré des assistants virtuels dans leurs systèmes et processus.

Traditionnellement, les entreprises ont le plus souvent déployé des chatbots sur des domaines destinés aux consommateurs - résolvant des requêtes courantes, fournissant des recommandations de produits et recueillant des commentaires - servant essentiellement les clients en tant qu'assistant de FAQ dynamique et toujours actif. À mesure que les entités conversationnelles commencent à évoluer des applications monolithiques et des plugins Web vers des interfaces API modulaires, une flexibilité accrue permettra des assistants virtuels plus granulaires et personnalisables.

Simultanément, le travail à distance permet aux entreprises de répartir la main-d'œuvre à travers le monde, créant un réseau tentaculaire de ressources intellectuelles à travers une collection asynchrone de cultures et de fuseaux horaires. Bien que cela présente une variété d'opportunités, de nombreux défis sont également apparus dans l'effort de coordination de ces coalitions dispersées de contributeurs. Dans une certaine mesure, les plus essentiels de ces travailleurs subissent des pressions Disponibilité 24/7, corrompre l'équilibre travail-vie personnelle une fois évangélisé par les défenseurs les plus optimistes du travail à distance.

Le libérateur de ces télétravailleurs surchargés ne sera autre que l'humble chatbot - remplaçant en tant que secrétaire virtuel, les assistants conversationnels aideront les travailleurs à distance à planifier des réunions, à transcrire et à résumer les conférences, et offriront des informations pour une productivité améliorée à mesure que les habitudes de travail deviendront doucement ancrées dans le tissu de l'architecture du bot. Avec la capacité de communiquer les préférences, les attentes et les exigences d'un membre de l'équipe à toute heure de la journée - tout en s'adaptant parfaitement aux disparités culturelles et linguistiques - les assistants virtuels deviendront un pilier indispensable de la main-d'œuvre à distance.

Le langage corporel, pour le meilleur ou pour le pire, fait partie intégrante de l'interaction humaine. Selon la plupart des estimations, les indices non verbaux constituent la majorité de ce que nous communiquons - le professeur UCLA Albert Mehrabian estime que 7 pour cent des informations que nous communiquons aux autres sont transmises via nos expressions parlées (sans inclure le ton de la voix).

Pour cette raison, il n'est pas surprenant que les interactions facilitées sur des supports numériques aient tendance à perdre leur éclat. Bien que l'introduction d'émojis, de mèmes et de diverses autres manifestations d'apparat visuel ait infiltré les domaines récréatifs des médias sociaux et des échanges basés sur les SMS, les conversations écrites dans le monde professionnel restent parfaitement impersonnelles.

La nature directe et détachée du dialogue commercial peut produire une variété de malentendus involontaires - les courriels simples peuvent être interprétés à tort comme exigeants ou agressifs, tandis que les blagues apparemment légères peuvent sembler dures et sarcastiques. Dans l'arène numérique, nous, les humains, sommes tout simplement incapables de retirer nos propres egos de l'équation de la communication, nos perceptions oscillant de manière incontrôlable sous l'influence enivrante de l'humeur et des préjugés. Inévitablement, la qualité de la correspondance d'entreprise ne continuera de se détériorer que si les entreprises refusent de réinventer la façon dont les conversations sont menées, à la fois en interne et en externe.

Alors que les travailleurs à distance sont tenus de tomber en proie à des erreurs linguistiques occasionnelles, nos fidèles compagnons en IA peuvent encore réussir à stabiliser l'incohérence dans notre prestation et notre compréhension. La startup basée à San Francisco Grammaire continue de faire des progrès impressionnants dans ce domaine, offrant une extension native du navigateur avec un talent pour conseiller les utilisateurs sur la grammaire, le ton et la clarté.

Alors que la technologie de traitement du langage naturel continue d'évoluer dans sa portée et sa fonction, ces applications pourraient bientôt commencer à intégrer la détection des biais, le contexte conversationnel et même le profilage de la personnalité dans leurs capacités de conseil. Paradoxalement, avec l'aide de l'IA, les télétravailleurs peuvent enfin réussir à redonner empathie et humanité au discours en ligne.

En théorie, les assistants virtuels contemporains destinés aux consommateurs tels que Siri ou Alexa incarnent actuellement les capacités cognitives pour déverrouiller de nombreux éléments des fonctionnalités discutées - mais la majorité des institutions auront besoin d'une solution beaucoup plus robuste pour répondre aux besoins sensibles des affaires quotidiennes.

En conférant à l'IA la capacité de modifier les dossiers commerciaux critiques, de gérer des itinéraires rigides et de surveiller les données essentielles de l'entreprise, les entreprises s'attendront non seulement à un degré beaucoup plus élevé de modularité et d'extensibilité, mais elles exigeront également que les fournisseurs de plateformes cognitives garantissent des niveaux de sécurité sans précédent et l'intimité.

Les architectes de l'IA réussiront-ils à atténuer ces préoccupations cruciales dans un monde informatique de plus en plus interconnecté et piloté par le cloud? Jusque-là, la révolution du travail à distance est en équilibre.

Afficher plus

SupportIvy

SupportIvy.com : Un lieu pour partager le savoir et mieux comprendre le monde. Meilleure plate-forme de support gratuit pour vous, Documentation &Tutoriels par les experts.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer