Business

Les banques centrales ne convergent pas pour l'instant! – Investisseur Axé sur les Données

Les banques centrales ne convergent pas pour l'instant! - Investisseur Axé sur les Données


1*PeStCtoVf9XSw3tAQVC87Q@2x - Les banques centrales ne convergent pas pour l'instant! - Investisseur Axé sur les Données

Synopsis: À première vue, les conditions financières mondiales semblent s'améliorer. Cependant, un examen plus approfondi brosse un tableau différent. Malgré l’incertitude du commerce mondial, les chocs possibles sur l’offre (investissement des entreprises et prix du pétrole reportés) et l’incertitude géopolitique, toutes les banques centrales ne convergent pas. Alors que la Réserve fédérale a signalé une possible réduction d'ici fin 2019; la BCE, tout en devenant de plus en plus accommodante, maintient ses taux directeurs inchangés jusqu’à la mi-2020. À l’inverse, la Banque d’Angleterre n’a pas encore réduit ses taux et les pays nordiques poursuivent la normalisation monétaire en raison d’une inflation proche de l’objectif, d’une utilisation de la capacité supérieure à la normale et d’une activité économique soutenue. Par conséquent, le dollar va probablement se déprécier à mesure que les différentiels de taux d'intérêt se rétrécissent, encore plus si les résultats économiques continuent de diverger

Même si la Réserve fédérale américaine a semblé plus calme lors de sa dernière réunion, annonçant des baisses de taux dans les mois à venir, il est peu probable que les banques centrales mondiales suivent. Néanmoins, les taux d’intérêt mondiaux devraient être plus bas dans les années à venir (Fig.1). L’impact des incertitudes politiques telles que le Brexit, le différend commercial entre les États-Unis et la Chine et les sanctions imposées au pétrole brut iranien est hétérogène entre les pays. Ce n’est un secret pour personne que l’économie mondiale croît à un rythme plus soutenu après la reprise cyclique de 2018. Même si les effets de la relance budgétaire procyclique des États-Unis s’estompent, l’économie mondiale est néanmoins sur le point de se développer, mais à un rythme plus progressif.

Le FOMC et les signaux économiques

Le mandat du FOMC est la stabilité maximale de l’emploi et des prix; Le marché du travail américain est toujours vigoureux, avec une masse salariale non agricole en juin surprenante à 224 000 contre 72 000 révisée à la baisse en mai. Néanmoins, le taux de chômage a légèrement augmenté, passant de 3,6% le mois précédent à 3,7%. Cela suggère que l’impact des mesures de relance budgétaire s’estompe et que des tensions commerciales pourraient affecter le marché du travail américain. Malgré cela, le taux de chômage légèrement supérieur reste bas par rapport aux normes historiques.

Malgré les fortes contributions de la demande des ménages, les investissements des entreprises se sont détendus, la Fed d'Atlanta prévoyant une croissance du PIB de 1,3% t / t au deuxième trimestre 2019, bien en dessous de 3,1% le trimestre précédent. L’économie subit probablement les conséquences de la guerre des tarifs américains avec la Chine, ce qui explique le penchant dovish de la FOMC. De plus, les indices boursiers américains, composés de sociétés dont les chaînes d'approvisionnement sont étroitement liées à la Chine, expliquent probablement la volatilité des cours des actions. La décision du FOMC d’adapter sa politique si nécessaire laisse à penser que le retrait progressif des mesures de relance s’effectuera au rythme de 2018. Cela n’est pas surprenant, mais il serait peut-être trop tôt pour conclure à une tendance mondiale de la transparence des banques centrales.

En aucun cas, je ne suggère de continuer à utiliser le Hawkishness, mais l’impact de la guerre commerciale sur les marchés développés et émergents semble quelque peu hétérogène. Les mois à venir indiqueront donc le degré de convergence des banques centrales mondiales telles que la Banque d'Angleterre (BoE), la Banque centrale européenne (BCE), la Norges et la Riksbank, entre autres.

La BCE suggère un renouveau de la diversité.

Après une impression d'inflation nettement plus faible (1,2% contre 1,7% en mai), la BCE s'est dite disposée à ajuster le taux directeur si les données économiques continuaient à se détériorer. Les taux d’intérêt devraient maintenant rester inchangés jusqu’au milieu de 2020 et la Banque continuera à réinvestir la totalité du principal en paiements d’obligations matures. Plus inquiétant toutefois, l’inflation des prix des services, qui s’est nettement repliée de 1,9% à 1,1%, laisse présager des tensions inflationnistes sous-jacentes plus modérées. Il est toutefois trop tôt pour envisager une tendance à la baisse car le marché du travail est toujours dynamique. Néanmoins, lors de la dernière réunion du G20, les États-Unis et la Chine ont semblé se désescalader sur l’économie mondiale.

Malgré le manque de transparence de la BCE, les prévisions donnent une image moins sombre. Certes, l'IPCH hors alimentation et énergie devrait atteindre 1,1% et 1,4% en 2019 et 2020. Ce taux est nettement supérieur à celui de 1,0% enregistré en 2018 et donne à penser que les pressions inflationnistes sous-jacentes ne sont pas atténuées. Dans le même temps, les coûts unitaires de la main-d'œuvre devraient diminuer lentement tout au long de la période de prévision, ce qui augmente la probabilité d'une demande de main-d'œuvre plus importante, les employeurs faisant face à des frais généraux moins élevés. La situation macroéconomique suggère une reprise progressive

Comment Dovish est la BCE?

Il est important de faire la distinction entre l'aspect visuel de la BCE et celui du FOMC. Si les données économiques continuent de se détériorer et que les pressions inflationnistes se renforcent, la BCE ajustera sans aucun doute sa politique. À l'heure actuelle, il semble plus probable de maintenir son approche attentiste, qui a guidé l'économie de la zone euro pendant la majeure partie de la reprise. La décision de la Banque de fixer le niveau des opérations de refinancement à plus long terme ciblées (TLTRO III) est moins accommodante qu’on ne l’espérait auparavant, mais elle laisse une certaine marge de manœuvre pour les manœuvres futures. Son utilité ne devrait pas être complètement évaluée pour l'instant, mais elle pourrait devenir cruciale si des mesures de relance monétaire supplémentaires étaient nécessaires à l'avenir. En tant que tel, même si les ajustements du taux directeur par la FOMC seront probablement à la baisse, il sera prématuré de supposer une réduction du taux de la BCE pour l'instant. En outre, la baisse des prix du pétrole n’a guère soutenu les résultats en matière d’inflation au cours des derniers mois, la première baisse régulièrement depuis le début de l’année. Une reprise des prix du pétrole - suite à une extension des restrictions de production de l’OPEP jusqu’en mars 2020 - devrait soutenir l’inflation globale; La volatilité des prix du pétrole constitue un défi majeur pour la politique monétaire expansionniste, car les pressions sur la demande sont atténuées par la chute des prix du pétrole.

La Norges Bank, la Riksbank et la BoE ne convergent pas encore!

À l’approche de la date du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, le taux d’inflation au Royaume-Uni a été en moyenne de 1,9% au premier semestre et l’économie a progressé de 0,5% t / t. En dépit des incertitudes liées au Brexit, le gouverneur a suggéré que les mesures à prendre à l'avenir dépendront de l'issue des négociations. Si un accord est conclu et que les pressions de la demande persistent, ces conditions plaident en faveur d'une hausse des taux. Dans le cas improbable d'un scénario de non-accord, l'inverse pourrait se produire.

Pendant ce temps, les banques centrales nordiques ne prennent pas encore le train dovish. L’économie suédoise croît légèrement au-dessus de son potentiel, le marché du travail est solide en dépit des difficultés correspondantes et la politique monétaire continue d’être préventive. Lors de sa dernière réunion, la Banque avait laissé entendre que, lors de sa dernière réunion, elle avait constamment acheté des actifs, soit 319 milliards de couronnes suédoises en plus depuis 2015. En outre, en tant que petite économie ouverte, la monnaie est particulièrement exposée aux évolutions de l'économie mondiale; sa dépréciation à la suite des incertitudes liées au commerce mondial et aux politiques a neutralisé l’effet de la chute des prix du pétrole. Plutôt que de simplement signaler le manque de transparence, malgré une inflation proche de l'objectif, la Banque reprend les achats d'actifs pour assurer le maintien de la transparence et influer légèrement sur les taux à terme.

La Norges Bank (banque centrale norvégienne) n’envisage pas de cesser de relever ses taux d’intérêt à la suite de la hausse de 25 points de base en mars 2018 et en juin 2019 à 1,25%. La reprise s'est poursuivie, le chômage est faible et les salaires et l'inflation continuent d'augmenter. En outre, la couronne norvégienne a tendance à réagir davantage à la chute des prix du pétrole qu'à une économie forte - comme je le dis ici - qui a probablement soutenu les résultats en matière d'inflation des derniers mois. Toutefois, à mesure que le différentiel de taux d’intérêt s’élargit, la monnaie a probablement renoué avec les fondamentaux de l’économie, tels que la vigueur de l’économie et une utilisation accrue de la capacité. Il y a peu de raisons de s'attendre à une baisse de l'inflation dans les mois à venir, suggérant une divergence persistante avec la Réserve fédérale et la BCE, plus conciliantes.

Implications sur le marché:

À mesure que le différentiel de taux d'intérêt entre la Norges Bank et, vraisemblablement, la BoE se resserrera davantage, les deux monnaies vont probablement s'apprécier par rapport au dollar. Cela devrait appuyer toute décision du FOMC visant à abaisser le taux des fonds du FEDS dans les mois à venir.

Show More

SupportIvy

SupportIvy.com : Un lieu pour partager le savoir et mieux comprendre le monde. Meilleure plate-forme de support gratuit pour vous, Documentation &Tutoriels par les experts.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close