Business

Le régime de Kagame a faussement affirmé que le budget 2019/20 prouvait que le Rwanda atteignait…

Le régime de Kagame a faussement affirmé que le budget 2019/20 prouvait que le Rwanda atteignait…


Le général Paul Kagame et son régime vivent dans des pays fantastiques. Ils cherchent inlassablement à faire comprendre au monde que le Rwanda est une réussite africaine et un modèle de développement. Le dernier grand mensonge est que le Rwanda se retire de l'aide étrangère. Cette fantaisie a été lancée par le ministre des Finances qui a déclaré de manière spectaculaire dans son discours de budget que le Rwanda s'acheminait vers l'autonomie financière:

"Les ressources intérieures totales et les prêts combinés représentent 85,8% du budget total de l'exercice 2019/2020, ce qui est une bonne indication de notre objectif d'autosuffisance."

Un examen plus approfondi du budget 2019/20 montre l'inverse. Le Rwanda de Kagame reste une République bananière fortement dépendante de l’aide étrangère.

Le budget 2019/2020 montre l’inverse de l’affirmation du régime selon laquelle il est en train de devenir autonome.

Selon le ministre rwandais des Finances, le budget total pour 2019/20 s'élève à 2 800 milliards de RWF, soit 3,2 milliards de dollars américains. Il a ensuite déclaré que 1 963,8 RWF, soit 2,1 milliards de dollars américains, proviendraient de «ressources nationales». Ici, l'histoire du ministre commence à s'effondrer. Selon les propres mots du ministre, les 2,1 milliards de dollars qui doivent être collectés à partir du Rwanda «comprennent les emprunts intérieurs». Même si le ministre ne révèle pas le montant des emprunts intérieurs, il indique néanmoins ce qui sera généré par le gouvernement via les taxes. Selon les propres déclarations du ministre, "les recettes fiscales sont estimées à 1 535,8 milliards de Frw, ce qui représente 53,4% du budget total". En d'autres termes, la contribution du régime à 2019/20 s'élève à 1,7 milliard de dollars, soit 53,4%.

C'est embarrassant dans un double sens. Premièrement, voici un régime qui ne peut mobiliser que 53,4% de son budget à partir de ses propres recettes fiscales, mais continue de se vanter de sa réussite en Afrique. Deuxièmement, voici un régime qui pense que tout le monde est stupide et avalera ses mensonges.

D'où proviendra le reste du financement budgétaire?

Gouvernement informant les donateurs lors de la formulation du budget, 2019

Le reste du financement budgétaire pour 2019/20 proviendra des subventions et des prêts des donateurs - et bien sûr des emprunts intérieurs. Le ministère des finances décrit le financement du budget par les donateurs comme suit:

”Le reste du budget sera financé par des sources externes d'une valeur de 906,7 milliards de francs guinéens, soit 31,5% du budget total. Il s’agit de dons d’un montant de 409,8 milliards de francs guinéens (14,2%) et de prêts d’un montant de 497,0 milliards de dollars (17,3%).

L’autonomie financière de Kagame continue. Comme indiqué dans la déclaration du ministère des Finances, les composantes dons et prêts extérieurs du budget 2019/20 s’élèvent à 9 milliards de Frw, soit 1 milliard de dollars, soit 31,5%.

Des montants énormes de subventions et de prêts étrangers entrent dans le budget de développement du Rwanda.

Selon la Banque mondiale, 58,6% de la formation de capital au Rwanda provient de l'aide étrangère.

Il y a pire que les subventions et les prêts étrangers qui représentent 31,5% du budget de Kagame. Ceci est démontré par le financement du budget de développement par opposition au budget de fonctionnement. Dans le budget 2019/20 du Rwanda, 49,5% du budget total sont affectés au budget de fonctionnement, tandis que 40% financent le budget de développement.

Le budget de développement s'élevant à 1 150 billions de RWF, soit 1,2 milliard de dollars US, révèle une autre forme de dépendance des donateurs par le régime de Kagame. Les donateurs injecteront dans le budget de développement quelque 458,2 milliards de FRW, soit 511 millions de dollars EU, contre un financement de 694 milliards de RWF par le régime, soit 775 millions de dollars EU. En d’autres termes, la différence entre ce que Kagame et les donateurs dépenseront pour la formation de capital s’élève à 264 millions de dollars. Et si 2017/18 est une indication, le régime de Kagame pourrait ne pas tenir ses promesses et les donateurs pourraient à nouveau intervenir pour compléter le budget de développement. Voici comment le ministère des Finances explique ce qui s'est passé en 2017/18:

”Au cours de l'exercice 2017/18, le total des dépenses en capital réelles s'est élevé à 850 milliards FRW… La hausse des résultats dans cette catégorie s'explique par les dépenses financées par des sources extérieures et a permis de compenser le déficit de capitaux internes financés. En ce qui concerne la partie financée sur ressources intérieures, le montant de 463 milliards FRW dépensé était inférieur de 23,4 milliards FRW ... Cette baisse des dépenses était due à certains retards dans l’achèvement de tous les documents de dépenses, y compris ceux des appels d’offres à temps. L’excédent des dépenses d’investissement étrangères est dû à l’accélération de la mise en œuvre de plusieurs projets d’infrastructure en cours, en particulier dans le secteur des routes. ”

Les merveilles ne cessent jamais au Rwanda à Kagame

Le régime de Kagame a affirmé qu'il s'acheminait vers l'autonomie financière. Dénudé des emprunts intérieurs, des subventions étrangères et des emprunts extérieurs, la contribution du régime à la période 2019/20 s'élève à 1,7 milliard de dollars, soit 53,4%. Cela ne signifie pas que le Rwanda est en train de devenir autonome. Loin de là. Ceci est une preuve supplémentaire qu’au Rwanda, les merveilles ne cessent jamais.

Afficher plus

SupportIvy

SupportIvy.com : Un lieu pour partager le savoir et mieux comprendre le monde. Meilleure plate-forme de support gratuit pour vous, Documentation &Tutoriels par les experts.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer